Le compost provient des résidus putrescibles décomposés par l'action de micro-organismes, d'insectes et de vers de terre en présence d'oxygène et d'eau. De couleur brun foncé, le compost mûr a l'apparence et l'odeur d'un terreau.

Pourquoi composter ?

Selon la moyenne nationale notre poubelle est composée à 30% de matières biodégradables (épluchure et fane de légume, marc de café, tonte de pelouse, feuille morte...). En adoptant le geste du compostage domestique il est possible de réduire considérablement la fraction des fermentescibles de nos poubelles destinée à l'enfouissement, soit une réduction de 40 kg par habitant et par an.

Comment pratiquer ?

Le composteur domestiquecomposteur
La Communauté de Communes de la Baie de Somme Sud met à disposition des habitants des composteurs domestiques de 420 et 1050 litres en fonction de la superficie de votre terrain. La première acquisition d'un composteur est consentie moyennant 20€. Pour une seconde mise à disposition : 39€ ( 420 litres) ou 66€ (1050 litres).

Ce composteur possède un couvercle, il conserve la chaleur et offre une bonne protection contre les petits animaux qui pourraient être attirés par la nourriture. Il présente également un aspect esthétique qui cadre mieux avec les cours aménagées.

Le compostage en tas
Il est possible de faire son compost tout simplement en tas. Cependant il est plus difficile à maitriser car le compostage en tas est soumis aux intempéries. Dans ce cas il est préférable de bien couvrir le tas avec une couche épaisse de matériaux, riche en carbone, tels que de la paille ou du foin et veiller à ce que le taux d'humidité reste constant.

Quelles sont les règles à respecter ?

Règle n°1 : équilibrer les apports

La décomposition des matières organiques augmente considérablement lorsqu'un équilibre approprié est créé entre les matériaux riche en carbone et les matériaux riches en azote.

 

Matière organique verte

Matière humide riche en azote


 

 

Matière organique brun

 

Matière sèche riche en carbone

 

Matière à ne pas composter

Reste de fruit

Reste de légume

Tonte de gazon fraîche

Mauvaise herbe fraîche (non montée en graine)

Fumier mature

Coquille d’œuf

Algue

Mouchoir, essuie-tout

Feuille morte

Plante morte et fleur séchée

Petit branchage et brindille

Paille / foin

Tonte de gazon séchée

Sciure de bois non traitée

Papier journal

Marc de café (filtre inclut)

Sachet de thé (sachet inclus)

Serviette en papier

Pain, riz

Pâte alimentaire

Litière et plume d’oiseau

Mauvaise herbe montée en graine ou rampante

Cendre bois

Viande et poisson

Os

Produit laitier

Huile

Excréments d’animaux

Plante contaminée avec des pesticide ou produit dangereux

Plante ou feuillage malade

Grande quantité de matière détrempée

Papier ciré ou coloré

 

Règle n°2 : mélanger, aérer

L'aération et le mélange du compost sont des éléments essentiels pour la réussite du compostage puisque la présence d'oxygène dans le tas de compost est indispensable à la survie des organismes décomposeurs. Aérer le tas de compost réactive les bactéries et permet aux organismes décomposeurs de travailler plus rapidement et donc de réchauffer le tas. Le processus de décomposition est alors plus rapide. Un tas non aéré fermente au lieu de se décomposer.

L'aération s'effectue une fois toutes les deux semaines. Un retournement complet du tas est à faire une fois par an.

Règle n°3 : maintenir un bon taux d'humidité

Ni trop sec, ni trop humide. Trop d'humidité empêche l'aération, freine le processus de dégradation et favorise les mauvaises odeurs. Un compost trop sec ralentit le développement des micro-organismes responsables de la transformation du compost.

Pour réguler le taux d'humidité : mélanger les déchets humides aux déchets plus secs. En cas de compost trop sec, apporter de la matière humide ou laisser le couvercle ouvert par temps de pluie.

Comment utiliser son compost ?

Le compost fini ressemble à la terre de rempotage en sac. Il présente une texture friable et dégage une agréable odeur de terre. Le compost permet d'enrichir les sols en matière organique, il apporte des éléments nutritifs et favorise le développement des racines.

Le compost ne s'utilise jamais pur :

compost

  • Pour les plantations d'arbres et arbustes : mélanger 20% de compost au volume de la terre.
  • Pour les arbres fruitiers : répartir chaque année 3 à 5 kg/m² sous la surface du feuillage et mélanger superficiellement.
  • Pour le gazon : lors de la plantation, mélanger le compost à la terre à raison de 10 à 20 litre/m². Pour son entretien, utiliser 2 à 5 litres/m².
  • Pour les massifs floraux : mélanger 10 à 20 litres de compost par m² de terre.
  • Pour les jardinières : mélanger un volume de compost pour 2 à 3 volumes de terre ou support de culture.
  • Au jardin potager : en pleine terre, mélanger 2 à 5 litres/m².

Quelles sont les astuces ?

Taux d'humidité du compost
Comment savoir si le compost manque d'eau ? prendre une poignée de compost pour former une boule. Si elle reste compacte, le compost contient un bon taux d'humidité. Si la boule s'effrite, le tas est trop sec. Si de l'eau perle entre les doigts, le tas est trop humide.

Pour humidifier :

  • Lorsqu'il pleut faiblement, ouvrir le composteur quelques minutes
  • Verser l'eau de cuisson refroidie des légumes

Pour assécher :

  • Ajouter des matières sèches chaque fois que l'on insère des matières humides
  • Retourner entièrement le tas de compost détrempé en incorporant de la matière sèche (paille, feuille morte...)

Le compost dégage une mauvaise odeur

La présence d'odeurs s'explique par un manque d'air ou un déséquilibre entre azote (matières humides) et le carbone (matières sèches). Si en approchant du tas de compost il s'en dégage une odeur d'ammoniac, c'est que le tas est en déséquilibre. Il faut alors ajouter du carbone (feuille, paille...) et aérer le tas de compost.

Il y a des mouches dans le composteur
Couvrir le tas avec du papier journal

Des rongeurs dans le composteur
Pour éviter leur intrusion, installer un morceau de grillage fin sous le composteur